La Fin du Chômage à cause de cet homme ? Eric Ciotti déclare ses intentions pour les sans-emplois

Le leader du parti Les Républicains, Eric Ciotti, envisage une diminution de la période et de la somme allouées à l'allocation chômage. Bientôt la fin ?

Afficher le résumé Masquer le résumé

Cette proposition vise à mettre en place un soutien gouvernemental pour modérer le prix de l’essence en parallèle. Dans le contexte actuel d’inflation et pour contrer la croissance du tarif du carburant, l’idée principale est de mettre à contribution les chômeurs.

L’intention d’Eric Ciotti est de mettre en place un allègement gouvernemental de 15 centimes pour chaque litre de carburant, une initiative coûtant 5 milliards d’euros. Cet argent proviendrait principalement de la réduction de la durée et du montant de l’allocation chômage. L’objectif : démotiver la dépendance à l’allocation chômage.

« Actuellement, plus de 5 millions de nos concitoyens sont enregistrés à Pôle emploi pendant que de nombreuses entreprises cherchent désespérément des employés dans les domaines sous pression. Il est essentiel de mettre en avant le travail plutôt que la passivité ». Éric Ciotti au Parisien

Il critique les sans-emploi

Alors que le parti Les Républicains soutenait récemment la condition de 15 heures de bénévolat hebdomadaires pour bénéficier du RSA, cette position suscite des réactions. « Étant rémunéré 10.000 euros mensuellement comme questeur de l’Assemblée, et étant relativement silencieux à l’Assemblée, Éric Ciotti semble pourtant focaliser son attention sur les chômeurs et les bénéficiaires du RSA, suggérant qu’ils mènent une vie facile et sont surrémunérés », critique le député LFI Antoine Léaument.

Qu’en pense le gouvernement ?

« Notre structure d’indemnisation chômage soutient notre code du travail, offre des chances de formation et de reconversion », souligne Flora Ghebali dans l’émission « Grandes Gueules ». « Avec l’inflation actuelle et la difficulté de la vie, une réduction des allocations augmenterait la précarité de nombreux Français et aurait des répercussions à long terme », ajoute-t-elle sur RMC et RMC Story.

« Le chômage n’est pas un privilège mais une bouée de sauvetage sociale pour ceux en difficulté. La solidarité nationale ne devrait pas prendre en charge sur une longue période, c’est-à-dire 24 mois, des individus dans des domaines où il y a des opportunités ». Stéphane Manigold

Au second trimestre 2023, la France affichait un taux de chômage de 7,2% hors Mayotte. Le gouvernement projette un taux de chômage de 5% pour la mi-2024, en liant l’accès au RSA à une condition de 15 heures de bénévolat hebdomadaires.

Aides sociales Attention : Les nouveaux contrôles de la CAF ! Voici quels français risquent le plus d’être contrôlés

En conclusion, le débat sur l’ajustement des allocations chômage pour contrer la hausse des prix du carburant met en évidence les tensions entre les différentes parties. Tandis que certains perçoivent le chômage comme un soutien nécessaire, d’autres le considèrent comme un luxe. La direction que prendra le gouvernement sur cette question sera cruciale pour l’avenir économique et social du pays.

Donnez votre avis

1.00/5 · basé sur 1 vote
ou bien laissez un avis détaillé

Vous aimez cet article ? Partagez !

Hits And Clips est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Réagissez à cet article