Beyoncé forcée de modifier les paroles d’une de ses chansons après avoir été critiquée pour son « langage discriminatoire »

Beyonce va mettre à jour les paroles de sa chanson « Heated » suite à des plaintes pour « langage discriminatoire » – le même langage utilisé par Lizzo quelques mois auparavant.

Quelques jours après le lancement de son dernier album tant attendu, Renaissance, Beyoncé va devoir modifier les paroles de l’une de ses chansons, « Heated ». Le changement fait suite aux critiques des défenseurs des droits des personnes handicapées pour son utilisation du terme « spaz » (crétin), qui a vu son utilisation dans le passé comme une insulte péjorative.

« Le mot, qui n’est pas utilisé intentionnellement de manière nuisible, sera remplacé », indique Team Beyonce dans un email.

« Heated », la chanson dans laquelle apparaît le mot incriminé, est fortement influencée par les événements du dancehall. La chanteuse utilise « spaz » et « spazzin' » dans une partie de la chanson destinée à rappeler à l’auditeur un freestyle. Mais, inconnu de beaucoup aux États-Unis, le terme vient de la diplégie spastique, une forme d’infirmité motrice cérébrale qui entraîne des déficiences motrices dans les membres.

Actu Tous les avantages de l’AAH cette année 2024 : Comment en profiter et lesquelles sont-elles ?

En juin, la chanteuse Lizzo a retiré le même texte d’une chanson après avoir reçu des critiques similaires pour son utilisation. En réponse aux plaintes, Lizzo a rapidement modifié les paroles de sa chanson, « Grrrls », et a publié une déclaration indiquant que « c’est le résultat de mon écoute et de mon action ».

Hannah Diviney monte au créneau

L’écrivaine australienne et défenseure des personnes handicapées Hannah Diviney a tweeté à l’époque sur l’utilisation du mot par Lizzo, expliquant que pour une personne atteinte d’infirmité motrice cérébrale comme la sienne, la spasticité fait référence à « une tension douloureuse et sans fin » dans ses jambes.

« C’est 2022. Faites mieux », concluait le tweet de Diviney.

À la suite de l’utilisation du mot par Beyoncé, Hannah Diviney a écrit dans un article publié dans The Guardian que son « cœur a sombré » en l’entendant.

« Je pensais que nous avions changé l’industrie musicale et lancé une conversation mondiale sur la raison pour laquelle le langage discriminatoire – intentionnel ou non – n’a pas sa place dans la musique », explique Hannah Diviney. « Mais je suppose que j’avais tort parce que maintenant Beyoncé est partie et a fait exactement la même chose ».

Weird Al a fait une erreur similaire avec son utilisation du mot « spastic » dans la chanson « Word Crimes » de 2014, une parodie du tube de Robin Thicke, « Blurred Lines ». Le thème récurrent des chansons qui utilisent ce terme provenant principalement d’artistes basés aux États-Unis – où il est largement méconnu comme un mot péjoratif – n’est pas perdu pour de nombreux défenseurs des droits des personnes handicapées.

Actu La case importante à cocher de la taxe d’habitation afin d’éviter un paiement malencontreux !

Donnez votre avis

Soyez le 1er à noter ce contenu
ou bien laissez un avis détaillé

Vous aimez cet article ? Partagez !

Hits And Clips est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

Réagissez à cet article